email: info@mediterraneas.org

Derniers articles

Irak

Arrêtez les exécutions !

Trois résistantes expéditivement condamnées à mort
Wassan Talib, 31 ans, Zainab Fadhil, 25 ans, et Liqa Omar Muhammad, 26 ans, font face à une exécution imminente en Irak, toutes accusées d’ “offenses envers le bien-être public” par un gouvernement qui ne peut même pas fournir l’électricité mais qui remplit les rues de cadavres. Aucune des trois femmes n’a eu la permission de voir un avocat. Elles ont subi des procès qui sont illégaux en vertu du droit international. Elles pourraient être pendues le 3 mars. Une pétition internationale tente d’arrêter les bourreaux...

SOLIDARITE AVEC L’AFEPEC

Menaces sur l’association algérienne.

Le 6 février 2006, l’AFEPEC a été sommée de quitter les locaux qu’elle occupe depuis 2003 et qui lui avaient été affectés par la Mairie d’Oran. L’association féminine agit depuis plus de vingt ans en faveur des droits des femmes et de l’affirmation de leur citoyenneté. Elle a été particulièrement active dans la défense des femmes de Hassi Messaoud cibles d’une violence inouie et à ce jour impunie. Y a-t-il un rapport entre cette décision d’expulsion et la réunion tenue le 24 janvier 2007 avec la rapporteure spéciale de l’ONU chargée des violences à l’encontre des femmes et des associations des droits des femmes ?

Au sommaire de la Revue algérienne Naqd :

Femmes et citoyenneté

Le libéralisme sauvage a eu cette conséquence de propulser des individus, et par conséquent les femmes, de situation sociale précaire, aussi bien sur le plan économique que sur le plan du statut social, dans de nouvelles tentatives d’intégration. Dans un espace aussi hostile et chamboulé, les femmes posent un nouveau problème à la communauté, celui de « l’autonomisation ». Et le « droit de violence » sur celles-ci restera la « soupape de sécurité » pour « vider de son sens politique toute revendication des citoyens à maîtriser leur existence. La communauté continuera à être régie encore et toujours par des rapports de force nue, entre personnes, entre des individus et l’Etat"... Extrait d’un des articles du numéro 22/ 23 qui regroupe de nombreuses contributions qualifiées et dont nous publions le sommaire.

Parlement marocain

Sale temps pour les femmes

D’après : A. El Azizi et Nadia Lamlili
Depuis l’adoption du Code électoral à la Première Chambre, les femmes des petites formations ont senti planer le spectre de l’exclusion. Le texte place très haut la barre de la participation féminine à la liste nationale. Pour être admise au Parlement, chaque liste doit recueillir au minimum 6% des voix exprimées dans les élections, alors qu’en 2002, ce seuil était de 3% seulement. Actuellement, la liste nationale comporte 30 sièges réservés aux femmes, soit un quota de 10% de l’ensemble des sièges. Cette liste est composée de 9 partis. Le danger de l’augmentation du seuil d’accès au Parlement à 6% réside dans le fait qu’il facilitera la domination des grands. L’USFP, l’Istiqlal, le PJD, le Mouvement populaire et le RNI pourraient du coup accaparer l’ensemble des 30 sièges, nombre de sièges réservé aux femmes et qui reste inchangé.

Articles les plus récents

Stratégies et techniques du WCLAC pour la Réforme Juridique

Par : Fatmeh Muaq’et,.

Al-Sana, une TV irakienne pour la paix, la démocratie et la laïcité.

Irak : prostitution ou mariage de jouissance ?

Egalité, sans restriction : l’égalité dans l’héritage.

Par : Hedia Jrad

La femme palestinienne Bédouine dans le Naqeb

Par : Intesar Hujeirat

Quelle Problématique pour le féminisme algérien ?

Par : Saliha Boudeffa

Egalité formelle et égalité réelle en Tunisie.

Par : Irene Lobo

Les femmes doublement victimes de la represión anti-migrants.

Violence sur les femmes et violence contre la société

Par : Nahed Badawiya

Chasse aux femmes en Egypte

Par Claude GUIBAL

Allez yallah !

Documentaire de J.P. Thorn, sur la Caravane des Droits des Femmes

Des outils pour diffuser la Mudawana réformée

Moudawana : La première résistance c’est... la femme !

Mais elles sont plus de 63% pro-réforme quant les hommes sont à peine 49%.

Les algériennes et la violence

7419 victimes en 2005, 1562 durant le 1er trimestre 2006.

Persécutions des femmes, mobilisation sociale et droit d’asile.

14, 15, 16 septembre 2006, Paris

 

 

 










W
eb creada con Software Libre...

Usa Firefox y Mozilla