Débat sur les droits des femmes avant une réunion du Parlement koweitien

Domingo 6 de marzo de 2005.

par Omar HASSAN /AFP

Un débat passionné faisait rage dimanche entre opposants et défenseurs des droits politiques des femmes au Koweït, à la veille d’une réunion cruciale du Parlement.

Des femmes activistes et des sympathisants libéraux comptent organiser une manifestation lundi devant le siège du Parlement à Koweït, alors que le chef d’un groupe islamiste salafiste (fondamentaliste sunnite), Khaled Sultan al-Issa, a menacé de "remplir" les rues d’opposants aux droits de la femme.

"Si le gouvernement autorise leur manifestation, nous sommes prêts à remplir la rue du Golfe (devant le Parlement) de personnes opposées aux droits" des femmes, a lancé M. Issa devant un rassemblent samedi soir.

M. Issa et son groupe, l’Alliance islamiste salafiste, sont hostiles aux droits de la femme en se basant sur la religion et soutiennent que, selon une interprétation stricte de l’islam, la femme n’a pas de droits politiques.

Roula Dashti, une activiste et principale organisatrice du rassemblement, a affirmé que malgré tout la manifestation se déroulerait comme prévu, soulignant que les femmes qui luttent pour leurs droits légitimes ne se laisseraient pas intimider par des "extrémistes".

"Il s’agit d’une idéologie extrémiste. Ils veulent tenir en otage ce pays. Le Koweït appartient à tout son peuple qui a différentes idéologies. Nous organiserons la manifestation demain", a dit à l’AFP Mme Dashti, présidente de la Société économique koweïtienne.

"Nous voulons d’une démocratie totale incluant l’octroi du droit de vote à la femme. Ils (opposants islamistes) veulent maintenir le statu quo et contrôler la société", a-t-elle ajouté.

Le Parlement doit discuter lundi d’une requête du gouvernement d’accélérer le débat sur un projet de loi et de fixer une date pour ce débat.

Le bloc islamique, composé de 13 député sunnites, a affirmé dimanche qu’il s’opposerait à la demande du gouvernement, estimant que "la question des droits de la femme n’est pas une priorité pour la majorité du peuple koweïtien".

"Le bloc islamique est contre la précipitation du débat sur les droits de la femme ou le renvoi de cette question devant devant la cour constitutionnelle", a indiqué dans un communiqué le porte-parole du groupe, Fahd al-Khanna.

Le projet, approuvé en Conseil des ministres en mai 2004, appelle à un amendement du code électoral de 1962, qui limite le droit de vote et d’éligibilité aux seuls Koweïtiens de sexe masculin, en contradiction avec la Constitution qui garantit en théorie l’égalité des sexes.

Samedi, le Premier ministre cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah a assuré que son gouvernement entendait bien garantir les droits politiques des femmes, lors d’une rencontre avec des activistes libéraux.

Dans une démarche rare, le gouvernement a lancé une campagne en faveur des droits des femmes dans les médias officiels pour obtenir leur appui au projet de loi.

"Les femmes n’accepteront rien de moins que leurs droits politiques complets", a déclaré Badriya al-Awadi, une avocate et activiste, contestant l’interprétation des islamistes selon laquelle la femme n’a pas de droits politiques en islam.

Pour le député tribal Ali Deqbassi, "l’octroi des droits politiques aux femmes est une ligne rouge car le peuple koweïtien s’y oppose pour des considérations religieuses et sociales".

Les Koweïtiennes militent pour la reconnaissance de leurs droits politiques depuis 1963, date des premières législatives dans le riche émirat pétrolier. Des activistes ont saisi à plusieurs reprises la Cour constitutionnelle pour faire valoir leurs droits, mais leurs recours ont été rejetés.

En 1999, l’émir Jaber Al-Ahmad Al-Sabah avait promulgué un décret accordant le droit de vote et d’éligibilité aux femmes. Il avait été approuvé par le gouvernement mais rejeté par le Parlement sous la pression des députés islamistes ou tribaux.

Les prochaines législatives sont prévues pour juillet 2007. Sur une population autochtone de 956.000 habitants, seuls 140.000 hommes ont le droit de vote.


Nedstat Basic - Web site estadísticas gratuito