Palestine

First lady ou Des femmes en prison pour vouloir être libres

Ghada, la plus jeune, a 14 ans.

 

" Les femmes doivent avoir plus d’influence dans les gouvernements et les affaires au Moyen-Orient ", a déclaré Laura Bush, qui effectue actuellement une visite dans la région, y compris en Palestine occupée.

A Shuneh, en Jordanie, devant des ministres, des hommes politiques et des hommes d’affaires de la région, la "first lady" a affirmé que "la situation des femmes s’était déjà améliorée de façon extraordinaire au Moyen-Orient, et que ces changements devaient concerner tous les pays voulant être considérés comme vraiment libres."

A propos de liberté, rappelons à Mme Bush l’existence de la prison de Ramleh (Neve Tertzia) où sont détenues 54 femmes Palestiniennes dont 6 mineures.

La plupart sont soumises à des traitements inhumains. La prisonnière Lina Jarbouni, leur représentante, a révélé récemment à Hanane Al Khatib, l’avocate de Nadi al-Asir al-Filistini, que les droits des prisonnières sont constamment violés et remis en cause.

Ces violations étant :
-  La présence des prisonnières de droit commun dans la même section, ces dernières provoquent sans cesse les prisonnières palestiniennes, jettent leurs ordures sur elles, les insultent et s’adressent à elles grossièrement.
-  La direction de la prison continue à faire la sourde oreille en ce qui concerne les études des prisonnières, refusant qu’elles s’inscrivent aux examens.

-  Les prisonnières malades ne sont pas soignées et parmi les prisonnières qui ont besoin de soins urgents, elle signale les cas de : Suhad Aslan, qui souffre d’anciennes blessures. Aucun remède ne lui est fourni. Qahira Saadi, Thawra Hamour, Ahlam Tamimi, Rania Dhiab souffrent de plusieurs maux et surtout aux yeux. Taghrid Saadi souffre des dents.

-  Les poux et les maladies de peau se propagent. Jalbouni a déclaré que le problème des poux est extrêmement grave, les prisonnières étant interdites de se laver pendant toute la durée des interrogatoires, elles n’ont même pas le droit de se peigner, d’autant plus que l’état des pièces et des cellules est d’une saleté indescriptible, ce qui a aidé à la propagation des maladies de peau.

-  La barrière en plastique séparant les visiteurs des prisonnières est toujours en place, ce qui les empêchent d’entendre.

-  La cour de récréation n’est pas couverte, les prisonnières souffrant de la chaleur excessive à certains moments de la journée.

-  Les couvertures et les vêtements d’hiver, ainsi que les livres sont insuffisants, surtout que la direction de la prison a confisqué les livres.

Selon la prisonnière Rasha Khaled Izza, de Bethlehem, 6 prisonnières mineures se trouvent dans cette prison.

Il s’agit de : Hiba Jarrar, Aya Uways, Islam Adawiya, Yusra Abdo, Rasha Izza, Ghada Abu Hamid, 14 ans, elle est la plus jeune prisonnière palestinienne.

Rasha ajoute que les mineures se trouvent dans une seule pièce, où l’eau des égouts se répand à l’intérieur. La direction de la prison se comporte avec les mineures comme elle le fait avec les adultes, sans considération de leur jeune âge. Les repas qui leur sont fournis sont mauvais. Il leur est interdit de correspondre avec leurs parents. Elles manquent de vêtements.

Il nous est interdit d’avoir des assiettes et des gobelets en verre. De plus, la fouille est permanente dans les cellules, et de manière provocatrice. Ils retournent tout, ils abîment toutes nos affaires personnelles. Les prisonnières n’ont pas le droit de se rendre visite, d’une pièce à l’autre.

Pour être précis, nous communiquons à l’attention de Laura Bush la liste complète des 54 femmes de la prison de Ramleh :

Hiba Jarrar, Aya Uways, Islam Adawiya, Rasha Izza, Ghada Abu Hamid, Yusra Abdo, Ahlam Tamimi, Iman Abu Khawsa, Sabrine Qaq, Rania Dhiab, Nivine Shoueyki, Sabrine Abu Amara, Ikram Tawil, Hanadi Abu Qandil, Huda Arida, Rahab Arfa, Hanane Abu Arqub, Dharifa Umar, Aya Kamil, Rawan Thawabita, Rim Hamdane, Maysoun Matour, Hiam Bayed, Ubayda Abu Aysha, Latifa Saadi, Irina Sarahina, Lina Jarbouni, Muna Qaarane, Rim Daraghma, Lanane Malitane, Bayane Akhdar, Dima Kalbani, Amal Jumaa, Ibtihal Bayt Llou, Amani Uways, Thawra Hamour, Adila Jawabra, Warda Bakrawi, Iman Abu Fara, Fatima Hajj Muhammad, Fatima Zayed, Lina Farjallah, Samira Ghaza, Qahira Saadi, Muna Amayda, Sana’ Shahade, Zayda Shahatit, Suhad Aslan, Amal Allan, Maysoun Matour, Zuhur Hamdane, Amina Daraghme, Maryam Abu Khalaf, Mirvet Taha.

Mais la "first lady" n’a cure de ces femmes-là ... ces dernières ne sont certainement à ses yeux que de vulgaires "terroristes".

En parlant de femmes, elle veut dire celles des beaux salons.

Assurément, nous n’avons pas la même vision d’une femme libre !

http://www.aloufok.net/article.php3 ?id_article=2197



23 mai 2005



 



......... Nedstat Basic - Web site estadísticas gratuito Site réalisé avec SPIP